Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité et la démocratie (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire sur la décarbonisation Chaire UNESCO de développement curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Laboratoire des Afriques Innovantes (LAFI) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Observatoire sur les migrations internationales, les réfugiés, les apatrides et l’asile (OMIRAS) Réseau d’analyse stratégique (RAS) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Ouvrages collectifs | Éric Mottet est professeur au Département de géographie de l’UQAM et codirecteur de l’Observatoire de l’Asie de l’Est du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

Marges et frontières de la Chine

Presses de l’Université de Montréal, 2020, 298 pages, 5 octobre 2020

Dans bien des domaines, la Chine est déjà la première puissance économique du monde et son évolution engage notre propre avenir et celui de son environnement régional. Toutefois, elle semble plus fragile à l’échelle de ses marges territoriales et de ses zones frontalières. Lieux de coopération avec les pays voisins, où la Chine gagne progressivement en influence, ces lieux sont le théâtre de vives tensions qui témoignent d’un sentiment d’inquiétude. Litiges territoriaux – avec l’Inde, en mer de Chine méridionale (Vietnam, Philippines) et orientale, notamment avec le Japon –, proximité avec des régions où règne l’instabilité – Corée du Nord, Myanmar, Asie centrale –, questions épineuses autour de Taïwan, du Xinjiang et du Tibet, voilà autant d’éléments qui ne cessent de remettre en question la puissance et l’unité même de la nation chinoise. Comment celle-ci conçoit-elle ses relations avec ses provinces éloignées et les pays voisins ? Quelles sont ses ambitions diplomatiques, sécuritaires et économiques et comment modèle-t-elle ses politiques à cet égard ? C’est ce que les spécialistes de l’Asie-Pacifique réunis ici analysent sous toutes ses coutures, sur la base de leurs travaux et terrains de recherche. Ils traitent notamment des nouvelles routes de la soie, du désir de domination de la Chine du président Xi Jinping sur l’Asie et sur le monde et de la crainte qu’un tel objectif peut soulever dans les pays limitrophes.

Pour en savoir davantage sur cet ouvrage, veuillez consulter le site internet des PUM.

D'autres publications

Guy Saint-Jacques est ancien ambassadeur du Canada en Chine et fellow de l’IEIM

Ouïghours au Xinjiang : l’ampleur de la répression dévoilée au grand jour

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

L’entrevue a été accordée à La Presse, 25 mai 2022, par Guy Saint-Jacques

Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques

Mai 2022, 24 mai 2022


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)