Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité et la démocratie (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire sur la décarbonisation Chaire UNESCO de développement curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Laboratoire des Afriques Innovantes (LAFI) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Observatoire sur les migrations internationales, les réfugiés, les apatrides et l’asile (OMIRAS) Réseau d’analyse stratégique (RAS) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Olivier Guillard est membre du Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS)

Pourquoi l’Inde et la Chine s’affrontent dans l’Himalaya

L’actualité vue par Olivier Guillard, 29 juin 2020

"Manœuvre nationaliste calculée pour faire diversion en pleine pandémie ?

Affrontements violents hors de contrôle ? En 45 ans, l’Inde et la Chine se sont livrés ces derniers jours aux affrontements les plus meurtriers le long de la « frontière de facto » qui sépare le Jammu-et-Cachemire et l’Aksai Chin.

Sur les hauteurs de l’Himalaya, alors même que les deux premières démographies de la planète sont déjà aux prises avec un redoutable ennemi commun, la pandémie de coronavirus, le crépuscule printanier se déroule dans une atmosphère chargée de tension et d’inquiétude.

Les propos du chef de gouvernement indien les 17 et 18 juin laissent peu de doute à ce sujet : « Les victimes indiennes ne seront pas vaines […]. L’Inde serait fière que ses soldats soient tombés en combattant les Chinois [dans la région du Ladakh lundi 15 juin] […]. L’Inde souhaite la paix, mais lorsqu’elle est provoquée, elle est capable d’apporter une réponse appropriée, quelle que soit la situation. »

Comment en est-on arrivé à cette dangereuse extrémité ?"
Pour lire la suite de l’analyse :
https://asialyst.com/fr/2020/06/19/pourquoi-inde-chine-affrontements-himalaya/

D'autres publications

Guy Saint-Jacques est ancien ambassadeur du Canada en Chine et fellow de l’IEIM

Ouïghours au Xinjiang : l’ampleur de la répression dévoilée au grand jour

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

L’entrevue a été accordée à La Presse, 25 mai 2022, par Guy Saint-Jacques

Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques

Mai 2022, 24 mai 2022


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)